le vote pour le prix nénuphar de l’album jeunesse 4


Le prix Nénuphar, qu’est-ce que c’est ?

C’est simple tout est écrit en suivant ce lien :  https://www.prixnenuphar.fr/le-prix-nenuphar-quest-ce-que-cest-

LES ALBUMS DE LA SELECTION 2017-18

Naya ou la messagère de la nuit de Philippe LECHERMEIER et Claire de GASTOLD

 

Naya a un don : la nuit, elle peut souffler des rêves colorés dans le sommeil de ses proches. Mais lorsque la guerre éclate au village, le talent de Naya ne sert à rien. Les hommes ont eu beau se battre avec bravoure et fierté, les ennemis ont gagné. Ils décident d’épargner les femmes et les enfants et les autorisent à quitter le village avec toutes les richesses qu’ils pourront emporter. Cette nuit-là, Naya souffle un rêve à toutes les femmes… Et le lendemain matin, ce ne sont pas des pièces d’or qu’elles portent sur le d

os, mais leurs époux, fils ou frères qu’elles sauvent ainsi d’un funeste sort

.

Cours ! de Davide Cali et Maurizio A.C. Quarello

​Quand on tend la main à un rebelle, il donne le meilleur de lui-même !

Depuis qu’il est petit, Ray se bat tout le temps. La colère le submerge. Il trouve que le monde est méchant. Est-ce parce qu’il est pauvre ? Noir ? Que son père est parti ? Au collège, ça ne s’arrange pas. Ray est sans arrêt puni. Jusqu’à l’arrivée d’un nouveau proviseur qui, au lieu de le punir, lui propose de se battre contre lui. En garde ! Puis de devenir boxeur. Une perspective s’ouvre… Mais pour commencer, RV au stade. Car Ray va devoir d’abord travailler son souffle. Allez, Ray, cours ! Le proviseur entraîne ainsi le garçon de fausse piste en fausse piste, le sortant de sa posture victimaire jusqu’à le réconcilier avec lui-même et lui permettre de trouver sa propre voie, en toute sérénité. Un destin qui ne sera pas celui auquel il s’attendait – et le lecteur non plus d’ailleurs, comme dans les meilleurs livres de Davide Cali ! Le retournement final serre la gorge…

Le renard et l’aviateur de Luca Tortolini et
Anna Forlati 

 

Inspirée librement de Saint-Exupéry, cette histoire relate une rencontre

entre l’homme et l’animal. Antoine l’aviateur fait irruption, lors d’un accident en pleine forêt, dans l’univers sauvage du renard. Grâce à la patience de l’homme, à son respect de l’animal, le lien s’établit. Et même si, sans le faire exprès, Antoine emmène le renard dans sa machine volante à la découverte du monde des hommes, il n’y aura pas de problème. Pourquoi? Parce qu’il y a la confiance. Malgré le climat de violence qui pèse sur la vie de l’aérodrome (Antoine est pilote de guerre), l’animal n’abandonne pas ses rêves, et, lorsque son ami ne revient pas de son dernier vol, il ne perd pas l’espoir de le retrouver. Les illustrations d’Anna Forlati apportent au texte de Luca Tortolinil’harmonie du trait et des couleurs pour figurer un monde où il ne manque que la force du cœur, c’est-à-dire du courage et de la confiance, pour qu’il soit un vrai paradis.

Une berceuse en chiffons d’Amy Novesky et Isabelle Arsenault

Louise Bourgeois (1911–2010) est une artiste moderne de réputation internationale, connue pour ses sculptures faites de bois, d’acier, de pierre et de caoutchouc moulé. La plus célèbre, Maman, est une araignée de plus de dix mètres de hauteur.

Tout comme l’araignée qui tisse sa toile et la répare, la mère de Louise était tisserande et réparait des tapisseries. Pendant son enfance, Louise a fait son apprentissage auprès d’elle, avant de devenir elle-même artiste tapissière. Louise a travaillé le tissu tout au long de sa carrière, et cet album biographique est une illustration de l’expérience qui lui a inspiré ses œuvres les plus célèbres, celle de l’enfant tissant aux côtés d’une mère aimante et attentionnée. Par son récit poétique et superbement nuancé, le livre déploie sous nos yeux la relation entre la mère et la fille, et jette un jour lumineux sur le tissage des souvenirs en chacun de nous.

Si j’étais ministre de la culture de Carole Fréchette et Thierry Dedieu

Une ministre de la culture s’échine à convaincre ses collègues de l’importance des arts et de la culture dans la vie. Tous l’écoutent volontiers mais quand vient le temps d’énoncer les « vraies urgences », la culture compte pour rien. Alors, décidant sur le champ la tenue de « Journées sans culture », sans musique, sans cirque, sans Guignol, sans danse, sans histoires du soir, sans arts appliqués… elle réussit à faire sentir l’enfer suffoquant que seraient nos existences privées de cet Oxygène ! Carole Fréchette est née à Montréal. Auteure dramatique, ses pièces de théâtre sont traduites en une vingtaine de langues et régulièrement jouées à travers le monde. En France, son ouvre est essentiellement publiée aux éditions Actes Sud. Thierry Dedieu est né à Narbonne. Photographe, peintre et sculpteur, il multiplie les ouvres aux registres esthétiques contrastés, offertes aux lecteurs de tout âge. Parfois insolites, toujours remarquables, ses images étonnent, émerveillent et emporte le public par leur créativité et leur force.

Réclamez des contes ! de Delphine Jacquot

Delphine Jacquot revisite l’univers des contes, socle de notre culture commune. En créant de fausses réclames à l’ancienne, elle réinvente, rendant possible une fin différente, un méchant adouci, une rencontre impossible… S’inspirant des vieilles publicités et de leurs slogans à rallonge, l’illustratrice propose, à chaque double page de ce grand album, un produit miracle qui pourrait faire le bonheur d’un Barbe Bleue ou d’une Petite Sirène…  Les somptueuses planches illustrées viennent accompagner ces annonces pleines d’humour. Tout le talent de Delphine Jacquot se déploie : détails minutieux, couleurs flamboyantes, références multiples. Un ouvrage comme un hommage à la littérature jeunesse et à ses racines, avec cet humour subtil et décalé qui faisait déjà tout le charme des Aventures improbables de Peter et Herman.

En classe cette année , nous avons lu les six livres.

Puis, l’association du prix nénuphar est venue nous présenter le renard et l’aviateur et nous avons fait de la gravure sur gomme.

Claire de gastold qui a illustré le livre Naya est venue afin que l’on réalise une fresque en encre de Chine.

Enfin aujourd’hui, nous avons voté pour notre livre favori.

 

Voici  les résultats :

 

0 voix : Si j’étais ministre de la culture

 

0 voix  : Une berceuse en chiffons

 

2 voix   :  Cours !

 

4 voix : Réclamez des contes !

 

6 voix : le renard et l’aviateur !

 

Notre livre préféré est donc avec 11 voix : NAYA OU LA MESSAGERE DE LA NUIT .

 

Merci à l’association des parents d’élèves d’avoir aidé à financer l’achat de ces livres avec le don fait en début d’année.

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

4 commentaires sur “le vote pour le prix nénuphar de l’album jeunesse